Si par malheur…

envoyé-spécial

Si par malheur vous avez omis de regarder le reportage concernant les traces numériques sur France 2 ce soir…

Vous avez de la chance! Nous l’avons visionné! Nous avons trouvé ce reportage très intéressant, et en parfaite relation avec notre thème! De ce fait, nous pensons bon de vous le résumer (en quelques lignes – il convient évidemment que vous regardiez le replay ).

En somme, chaque internaute devient une proie dès lors qu’il consulte ne serait-ce qu’un site anodin. En effet, l’internaute laisse systématiquement une trace. L’ensemble de ces traces forme le « double numérique » d’un être humain, sa e-réputation. Une expérience, en début de reportage, nous a été retranscrite: des passants, en donnant leur nom et leur date de naissance, peuvent rencontrer un médium. Naturellement, le médium annonce, avoue une caractéristique propre à l’individu consentant. Il rappelle les derniers achats de celui-ci, etc. En réalité, des pirates encagoulés révèlent au médium, à travers une oreillette, la « vie » du passant. Cette expérience a été réalisée en Belgique pour mettre en garde les internautes, pour rappeler les dangers d’Internet.

Il est clair que le flux d’informations sur Internet est tel que nous n’avons, parfois, plus le contrôle de nos propres données. Certains faits ont été évoqués: une jeune fille se fait pirater son compte Facebook, un ex-employé s’est retrouvé victime de diffamation sur Twitter par son précédent employeur, une personne peut se faire passer pour vous… Les réseaux sociaux sont au coeur de ces affaires.

C’est en partie à cause de ces cookies que Facebook, et les autres réseaux sociaux se souviennent de tous les endroits où vous vous êtes connectés, des messages que vous croyez supprimés… « Europe versus Facebook » dénonce les pratiques de ces sites. De plus, le reportage nous apprend ou nous rappelle que les sites vendent vos données personnelles aux annonceurs qui les utiliseront pour vous envoyer des mails publicitaires, ou simplement pour afficher, sur votre prochaine navigation, une bannière de publicités en rapport avec vos précédentes connexions. Data Center est le centre de données qui héberge de nombreux sites Internet (le reporter a évoqué Le Figaro, Doctissimo ou encore Le Monde). Ce centre est la source des nouvelles publicités. Les annonceurs paient et nous servent (afficher une publicité selon le comportement du consommateur face à son ordinateur) pour le mieux. Ainsi, certains conseils ont été donnés, en fin de reportage, pour minimiser les risques de détournement de sa vie numérique, d’espionnage ou de traçabilité. Tout d’abord, il faut éviter les connexions « Wifi public » car, comme son appellation l’indique, toutes les personnes connectées à ce réseau partage les mêmes ondes, et ainsi il est plus facile d’être victime d’un hacker malveillant. Ensuite, il est possible de bloquer les cookies, ces fameuses photographies instantanées de votre navigation sur Internet.

Pour ouvrir les perspectives, le reporter s’interroge sur l’évolution des publicités télévisées, qui seront peut être liées, un jour, aux données personnelles des internautes. Peut-on penser que les publicités seront différentes selon notre géolocalisation? Selon nos centres d’intérêt?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s