Sécurité ou vie privée ?

Comme souvent lorsqu’il s’agit de moyens de surveillance de la population, on en arrive à l’équation insoluble de la mise à mal de la vie privée face au renforcement de la sécurité. Le sujet est hautement politique, mais tentons de passer derrière cela et de poser les données du problème.

L’accumulation des moyens électroniques de surveillance provoque régulièrement des débats sur les atteintes potentielles à la vie privée que cela permet. En effet, l’internaute lambda (et même l’étudiant en infocom !), n’ayant aucune conscience de toutes les traces qu’il laisse par ses communications électroniques et ne faisant donc rien pour les effacer, laisse la porte de son intimité ouverte. De très nombreuses informations d’ordre privé (sites consultés, localisation, personnes destinataires de communications, etc) sont enregistrées.

Mais y a-t-il là de réelles atteintes à la vie privée en ce qui concerne le droit ? La loi se préoccupe avant tout de réglementer la captation audiovisuelle d’un individu. Les traces numériques telles que nous les avons définies ne permettent pas cela. Y a-t-il atteinte à des libertés que l’on pourrait considérées comme fondamentales ? Les traces permettent potentiellement de collecter de nombreuses informations sur un individu, et le phénomène ne fait que s’amplifier avec la « numérisation » d’actions de la vie courante (faire ses courses, travailler, …). Est-ce vraiment dérangeant ?

Car dans la vie réelle aussi nous pouvons laissons des traces. D’ailleurs, on ne s’affole jamais de marquer notre passage dans un magasin par le paiement avec une carte bancaire, alors que cela date de la moitié du siècle dernier. Il faut dire que ces traces numériques possèdent deux caractéristiques particulières : on n’en a pas conscience, et rien n’est là pour nous rappeler que nous sommes en train d’en laisser ; elles sont conservées de manière opaque loin de nous, si bien que nous n’y sommes jamais confrontés.

Alors que ce dont nous nous méfions le plus, ce sont les informations numériques sur nous qui pourraient être consultées pas nos proches, amis, parents, professeurs. Au-delà, le web nous apparaît tellement immense que l’on se fondrait dans la masse, passant complètement inaperçu.

Autre argument, les données personnelles collectées sont conservées le plus souvent par des entreprises dont l’unique but est l’amélioration de leurs services ou un meilleur ciblage publicitaire (concrètement, ils se moquent bien de savoir qui l’on est, tout ce qu’ils cherchent c’est nous vendre des produits).

Pour en venir aux intérêts des traces numériques pour le renforcement de la sécurité nationale, on est en droit de se demander s’il s’agit réellement d’un outil efficace. Il suffit de nommer l’exemple de l’HADOPI pour voir que l’adresse IP n’est pas un identifiant fiable (voir par ailleurs notre article). Pour ce qui est de la lutte contre le terrorisme, espérons que la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur) et la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure) ont des outils plus efficaces pour suivre les réseaux organisés.

Car il ne faut pas devenir paranoïaques. Si certaines affaires dites de lutte contre le terrorisme font du bruit et sont critiquées comme des abus (notamment « l’affaire Tarnac »), il n’y a pas de surveillance généralisée de la population en France. Les traces ne sont pas un outil pour une sorte de « Stasi » qui officierait en secret. La grande majorité des traces enregistrées ne serviront jamais, ou en tout cas pas dans un but d’espionnage.

Le débat reste néanmoins ouvert, comme les questions qu’il soulève. Et c’est un débat nécessaire, car l’existence des toutes ces données concernant les internautes doit être connue par tous, discutée et réfléchie publiquement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s